lundi 2 février 2015

Saison Hiver 2015

Nous sommes de retour! Le bateau est bien toujours à vendre mais on espérait bien en profiter encore cette année. Ce sera donc un hiver de navigation intense puisque nous avons décidé de revenir en Floride où il sera plus accessible pour les acheteurs potentiels.

C'est donc un dernier tour de piste pour nous dans les Antilles. Nous avons commencé par alller faire un dernier petit tour à la marina de Whisper Cove à Grenade. On voit ici «Clark Court Bay» avec l'île de Calivigny en arrière plan avec le "petit" voilier du propriétaire.
 
Nous avons passé beaucoup de temps à cet endroit au fil des ans. On voit les mâts des voiliers dans la marina de Whisper Cove (Gilles et Marie-France) dans le coin inférieur gauche de la photo.
 
Aussitôt que la météo nous a permis de naviguer un peu, nous avons commencé notre remontée vers le nord. Je dois dire que j'ai été un peu paresseuse avec la caméra. Je n'ai commencé à prendre des photos qu'à Ste-Lucie... et encore!

Voici donc un des premiers beaux couchers de soleil que nous avons eu le loisir de contempler: pris à Rodney Bay. Il est important de noter que nous n'en avions pas vu avant à cause que nos ancrages précédents de nous permettaient pas de voir à l'ouest.
 
Bref, nous avons beaucoup navigué mais peu marché. Nos temps libres étaient surtout utilisés à des fins pratiques: entretien du bateau, bouffe et dodo. Il y avait quand même un peu de place pour les rencontres avec les amis. On a donc pris une journée pour aller marcher sur le côté nord de Ste-Lucie avec l'équipage de Tenace, Sirenita ainsi que Akat.

Petite traversée en Martinique. Pas le choix d'arrêter: il faut faire le plein de vin, de fromage, sans oublier le pain et les croissants. Et, évidemment, quelques randonnées pédestres. Nous sommes donc allés aux Salines (inévitable) et nous sommes retourné au Morne Larcher pour la vue incroyable du sud de la Martinique (et l'exercice).
 
Nous y avons amené l'équipage de Sirenita (Patrick, Mélanie et leurs trois filles). Ils ont adoré!

Et c'est reparti: direction Dominique. La traversée a été superbe: arc-en-ciel au large et dauphins à l'arrivée à la pointe sud de l'île.
 
Nous n'avons passé qu'une nuit à l'ancre. Le lendemain, nous arrivions déjà aux Saintes en Guadeloupe. Ces petites îles, bien que très touristiques, sont vraiment charmantes. Voici la petite rue principale:
Nous sommes maintenant arrivés à Deshaies (nord de la Guadeloupe). Navigation sur une mer d'huile: j'en ai profité pour écrire mon blog. C'est très rare que je puisse travailler sur l'ordinateur en naviguant. Je suis plutôt occupée à me tenir... (parce qu'en général, ça brasse).
Nous partirons d'ici pour nous rendre directement dans les Îles Vierges Américaines à la prochaine fenêtre météo. Ça sera une navigation d'environ 36 à 40 heures. Je tenterai de mettre le blog à jour de temps en temps dans les prochaines semaines mais je ne promets rien cette année...
Dernière petite photo: pour ceux qui sont déjà venus en Guadeloupe. Voici le volcan La Souffrière à notre départ des Saintes. De toutes les fois où nous sommes venus dans la région, c'était la première fois que nous le voyions vraiment! C'est pour vous dire comment il fait beau! (désolé de tourner le fer dans la plaie...)

dimanche 29 juin 2014

Sea Kite À VENDRE!

Oui, oui! Vous avez bien lu: Sea Kite est à vendre...
Voici donc où nous en sommes rendus. Au fil des ans et des navigations, notre rêve de voyage s'est raffiné. Nous avons beaucoup appris sur nous-mêmes, notre soif d'aventure, d'action, de découvertes, de randonnées et bien plus encore...
Nous avons donc conjugué le tout avec les opportunités de travail (toujours présentes) ainsi que nos nouveaux rêves pour en arriver à la conclusion qu'il est temps pour nous de voyager «autrement».
Nous avons adoré l'expérience de la navigation et avons rencontré bon nombre d'amis avec qui nous avons partagé de merveilleux moments. Nous chérirons ces souvenirs et les précieuses amitiés que nous avons accumulés mais pendant que la santé nous le permet, nous avons décidé d'en profiter pleinement... d'une toute autre façon.
Nous continuerons à naviguer à bord de SeaKite, comme d'habitude, jusqu'à ce qu'il soit vendu. Le bateau est présentement en cale sèche à Grenade et nous planifions revenir vers la Floride à la prochaine saison pour le rendre plus accessible à des acheteurs éventuels.
Avis aux intéressés:
une description du bateau accompagnée de photos est disponible en français sur le lien intitulé »Notre voilier» dans la colonne de droite sur votre écran ou encore sur les blogs suivants:
http://voilierseakite.blogspot.ca/  (en français)
http://sailboatseakite.blogspot.ca/   (en anglais)
et pour plus de détails, vous pouvez communiquer avec nous par courriel   à  voilierseakite@gmail.com

On souhaite à tous, navigateurs ou non, un bel été!

lundi 24 mars 2014

Des Pitons à Bequia

Cette année, pour revenir vers Bequia, on a décidé de tenter une nouvelle expérience. Comme c'est une traversée de près de 70 miles nautiques que nous devons habituellement débuter en pleine nuit, et que nous sommes toujours en mode «vacances», nous avons plutôt choisi de faire la  route en deux étapes en arrêtant, pour commencer, aux Pitons de Ste-Lucie. Ceux-ci sont situés complètement au sud de l'île et nous permettent ainsi de nous rapprocher de Bequia. Il y a des plus et des moins à cette façon de faire mais je ne rentrerai pas dans les détails :). Nous avons donc commencé notre descente vers le sud par une belle journée de voile pratiquement jusqu'aux Pitons (surprenant car les vents ne nous le permettent pas habituellement). Voici donc ces fameux Pitons à notre approche.

Par beau temps, on les voit de très loin. Cette année, on a pu les voir de la Martinique tellement ils sont hauts. On retrouve, entre les deux Pitons, une baie très profonde où il est possible de s'attacher à une bouée d'amarrage. Il faut toutefois arriver assez tôt car il n'y en a que 9 et elles sont très en demande. Nous avons été très chanceux et avons pu en avoir une. Voici donc notre point de vue (en regardant vers le nord: soit vers le «petit Piton») 
 Dans cette baie, il y a maintenant un magnifique complexe de condo de luxe ainsi qu'un hôtel nommé le «Jalousie». L'Hôtel offre des services de spa dans le luxe total. On ne sait pas combien coûte un séjour ici mais compte tenu du prix de la bière au resto, j'aime mieux pas savoir combien il faut débourser pour une chambre ou un massage...
Sur le complexe, il y a un petit sentier nommé «Rain forest walk», qui contourne les différentes huttes à massage: de toute beauté

 Voici deux autres photos de l'hôtel: l'accueil (avec le gros Piton en arrière plan)... 
 et la piscine. 
 Après une nuit très confortable à cet ancrage (très étonnant d'ailleurs après les histoires que nous avions entendues), nous avons mis les voiles vers Bequia.
Pour couronner cette superbe journée de voile, le capitaine a fait une pêche de choix: une belle dorade de 36 pouces 

 Avez-vous déjà réfléchi à comment faire pour monter à bord un poisson de cette taille quand on avance à voile à plus de 6 noeuds dans une mer agitée? Je vous signale qu'il n'y a pas de frein sur un bateau...ni de télécommande pour mettre la mer à «pause»! Bref, Michel a eu sa dose d'adrénaline pour la journée... et moi aussi!
Une fois arrivés à Bequia, il a arrangé son mahi-mahi, 

 puis on a distribué les darnes aux équipages de nos connaissances autour et finalement, il a fait cuire les nôtres sur le BBQ pour un souper on ne peut plus frais et succulent! L'amirale a énormément apprécié... Quoi demander de plus!!!

La Caravelle

Une de nos dernières randonnées en Martinique pour cette année: la presqu'île de La Caravelle. Huit kilomètres de sentiers en plein soleil. On commence par visiter le phare, 
 

d'où la vue sur la presqu'île (et la Martinique en arrière plan) est magnifique... 

 Puis, on descend vers le rivage d'où on longe le littoral.
La vue sur l'Atlantique et le paysage sont tous autant impressionnants. Comme à notre dernière visite, il semblerait que les gars sont attirés par cette pointe qui s'avance dans l'océan. Notez qu'il y a une clôture pour dissuader les gens d'y aller mais elle semble ne faire effet qu'aux femmes !?! Voici donc Michel et Pierre (du bateau Tenace) qui n'ont pas pu résister... évidemment. 

Dimanche (le 16 mars), nous avons fait la traversée vers Ste-Lucie. Nous amorçons donc tranquillement notre retour vers la Grenade. Il nous reste quand même un mois de visite et navigation mais comme la météo a le dernier mot sur nos déplacements, on doit s'y prendre à l'avance.


samedi 15 mars 2014

De Anse D'Arlet à Terre de Haut

Désolé pour ce léger délai mais en Martinique, il est difficile d'avoir un signal internet convenable alors lorsque l'on réussit à se brancher, on ne fait que l'essentiel soit les courriels et la météo.

Depuis notre dernière mise à jour, il s'est passé bien des choses et nous avons parcouru bien des miles nautiques. Nous étions alors à Grande Anse D'Arlet. Et bien, nous sommes maintenant... à Grande Anse D'Arlet! Après avoir navigué jusqu'aux Saintes (Guadeloupe) en passant par la Dominique, nous sommes revenus à notre point de départ. Ici, c'est comme une grande piscine. L'eau est très claire et il y a des gens qui se baignent entre les bateaux partout. La particularité de l'endroit est la présence de nombreuses tortues qui se nourrissent de l'herbe qui se trouve au fond. Ces tortues sont protégées et bien identifiées. Elles ont un numéro d'inscrit en gros sur le dessus de leur carapace et certaines ont même une antenne. Les plus petites ont une grosse marque orange fluo peinturée pour que les navigateurs ne les frappent pas car elles restent plus souvent à la surface. Un petit bateau «sous-marin» se promène le jour avec des touristes à bord pour leur montrer ces tortues.
 
Ici, on ne se lasse pas de voir de magnifiques couchers de soleil. 
 

Des amis navigateurs nous ont rejoints alors on repart à la découverte de l'île. De la plage de Diamant, 

 à l'Anse Caffard... 

 On continue la marche qui nous mène aux statues érigées en mémoire des esclaves qui ont perdu la vie dans un naufrage sur cette pointe.

 puis on reprend l'autobus pour revenir à Anse D'Arlet, d'où nous avons grimpé sur le Morne Champagne pour revenir à Grande Anse D'Arlet...

 pour un autre magnifique coucher de soleil :) (p.s. Johanne, tu m'avais demandé des couchers de soleil... je me suis donc laissée un peu emporter) 

 Une autre journée, une autre randonnée: aujourd'hui, on part à pied de Grande Anse D'Arlet pour monter le sentier qui nous mène à l'Anse Dufour et l'Anse Noire. 

 Il est temps de naviguer un peu, on décide de monter au nord vers la Dominique et les Saintes... mais, avant la traversée, on arrête à Saint-Pierre pour aller montrer Anse Couleuvre à nos amis. Randonnée très pluvieuse dans la forêt tropicale de toute beauté, je n'ai sorti la caméra qu'une fois arrivée à la cascade. 
 

Tout simplement majestueuse! Ça valait bien une heure et quart de marche dans la végétation dense et sous la pluie pour s'y rendre.
Après cette visite, nous traversons en Dominique, à Portsmouth pour le BBQ hebdomadaire du dimanche. Nous avons également fait quelques randonnées mais les photos ont été censurées...
Après quelques jours en Dominique, nous sommes traversés vers Les Saintes (Guadeloupe). Voici donc quelques paysages de ces îles magnifiques et tellement accueillantes. 
 
Voici l'ancrage de Terre de Haut:


 Et ce même ancrage vu du sommet du «chameau», notre randonnée de la journée.

 Encore quelques points de vue du sommet: Ilet Cabrit ,
 

le rocher «Pain de sucre» en avant plan et la Guadeloupe en arrière plan:


 Autre randonnée, Plage de Pompierre vue du Fort Caroline

 La baie de Marigot avec le Fort Napoléon (au sommet de la montagne à droite).

 Randonnée sur l'Ilet à Cabrit, le sentier est très bien aménagé.
 

Vue de Terre de Bas (à droite) du Fort Joséphine
 
 

Et vue du rocher «Pain de sucre» ainsi que de la passe que nous devons traverser pour repartir vers la Dominique, puis vers la Martinique.

 
Nous sommes maintenant de retour en Martinique. Nous entamons tranquillement notre voyage de retour vers le sud, soit vers Grenade pour éventuellement préparer notre bateau à sa sortie de l'eau au mois d'avril.


dimanche 16 février 2014

Anses D'Arlet

Après avoir marché Sainte-Anne (Martinique) en long et en large, nous avons mis le cap sur les Anses D'Arlet. Il y a Grande Anse D'Arlet, Anse D'Arlet et Petite Anse D'Arlet... Bref, plusieurs randonnées possible ici :)

Voici donc l'ancrage de Grande Anse D'Arlet,  
et la plage d'où nous partirons pour marcher.
 
Notre première randonnée commence à Petite Anse D'Arlet, monte le «Morne Larcher»  (477m d'altitude) pour redescendre à Anse Caffard. Nous devons donc prendre l'autobus pour nous rendre à Petite Anse D'Arlet (8h30 AM). La randonnée débute au niveau de la plage, en montant une des rues du village.
 
On monte pendant environ 30 minutes pour finalement accéder au sentier. Le sentier longe deux clôtures pour se rendre juste au pied de la montagne
 
Puis, c'est la montée! Une bonne heure de montée abrupte pour finalement arriver au sommet et avoir la vue suivante: soit le sud de la Martinique 
 et le rocher Diamant .
 Bien que je sois certaine que vous n'en doutiez pas une minute, pour vous prouver que c'est bien nous qui soyons monté là... voici Michel 
Et nous voici avec une vue plongeante vers Anse Caffard où nous nous dirigeons. 
 Il nous reste juste à redescendre... une autre heure, minimum, à faire travailler nos jambes. Ce fut une randonnée d'une durée totale de près de 3 heures, beaucoup moins longue en distance mais pas mal plus exigeante que les précédentes. Une fois arrivés à l'Anse Caffard, le retour se fait en autobus... une chance car j'avais les jambes en compote.
Entre deux randonnées, on en profite pour aller visiter le village de Diamant... vraiment charmant comme endroit. Voici le quai au centre-ville 

  encore le quai :) ...
 et le village, vu du quai.
 Et pour vous donner un aperçu de notre randonnée de la veille, voici le Morne Larcher vu du village du Diamant.
 
Le point de vue d'où j'ai pris les photos lors de la randonnée se situe presque qu'au sommet de la plus haute montagne que vous voyez en arrière plan. On y retournera surement un jour... mais pas demain!

vendredi 7 février 2014

Randonnées en Martinique

Cette semaine, nous avons marché, marché ... et encore marché. Près de 50km en 3 jours de marche. Nous commençons à connaître les environs de Ste-Anne. Nous avons exploré le sentier appelé «La trace des caps» qui longe tout le littoral sud de la Martinique principalement le côté est de l'île. La piste s'étend sur 34km et vous en avez eu un aperçu dans mon article relatant notre randonnée de l'Anse Trabaud aux Salines. Il restait la portion de Grand Macabou à l'Anse Trabaud (côté Atlantique). Voici donc cette portion que nous avons dû séparer en 3 journées de marche. Première journée, Cap Chevalier à Cap Ferré aller-retour. La piste longe les plages qui se succèdent. Vue du sud:


Vue du nord: 
On marche ainsi jusqu'à l'extrémité de Cap Ferré qui est une presqu'île sauvage qui s'étend assez loin dans la mer. 
Rendu à l'extrémité, la mer est déchaînée.
Après une petite pause collation, on prend le chemin du retour vers Cap Chevalier. Au total, environ 10 km de marche.
Deuxième journée de marche. On reprend l'autobus locale jusqu'à Cap Chevalier d'où on marchera dans la piste jusqu'à la Bais des Anglais. De cet endroit, on reprend la route (à pied) pour revenir à Ste-Anne (total: plus ou moins 15km). Voici donc notre point de départ: Cap Chevalier (avec l'ilet Chevalier)

Le sentier nous fait passer à travers les buissons vraiment épineux, (quand ce n'est pas des cactus) 
de plages en plages... encore une fois. 
On termine la portion du sentier à la Baie des Anglais, où on ira rejoindre la route pour revenir à Ste-Anne. 
 Et la dernière journée de marche (soit jeudi: hier) de Cap Belle Étoile (Grand Macabou) à Cap Chevalier. Avis à ceux qui pensent qu'il fait toujours beau ici: oui, ça nous arrive d'avoir des journées moches. Orages, pluie, nuages... mais il fait chaud, j'en conviens. Au lever, c'est la pluie accompagnée d'éclairs mais on décide quand même d'aller marcher. À 6h45, on attend déjà l'autobus mais celui qui arrive n'est pas celui que nous avions prévu. Après discussion avec le chauffeur, celui-ci s'offre de nous amener où on veut, soit à Cap Belle-Étoile, car il n'y aura plus d'autres autobus ce matin (ils n'ont plus d'essence). Il nous promet toutefois que l'on devrait en avoir cet après-midi de Cap Chevalier car la grève est terminée (qu'il dit...) et qu'ils attendent juste d'être ravitaillé en essence pour reprendre le service. Bref, il nous laisse au sommet d'une montagne (le Cap Belle-Étoile) en nous disant: «Vous n'avez qu'à descendre la montagne dans le sentier au bout de la route et vous rejoindrez la piste tout en bas». Une dame dans l'autobus est offusquée que le chauffeur nous laisse comme ça. Toute démontée de nous voir quand même quitter le bus, elle nous dit, en partant: Soyez prudents! Bref, il a beaucoup plu durant la nuit, ce qui fait que le sentier est totalement en boue (comme les sentiers du Québec quoi...). Mais en sandale et en Crocs, c'est pas fort! Voici donc la première plage que l'on croise (après la descente de la montagne). La plage de grand Macabou 
Le bleu foncé dans le ciel, ce sont les grains (averses) vers lesquels nous nous en allons. Pour longer le littoral et passer d'une plage à l'autre, on doit quelques fois monter les caps et les redescendre. Certains sont faciles à monter et nous offre des surprises au sommet comme cette petite chapelle dans laquelle il y avait plein de fleurs et un homme en train de prier.
Et d'autre fois, la montée est exténuante et je n'ai même plus l'énergie pour prendre une photo... Blague à part, j'ai dû serrer la caméra car il pleuvait trop :( 
À notre retour à Cap Chevalier (soit 20 km plus loin en comptant toutes les fois où nous avons perdu le sentier et avons dû rebrousser chemin...) après 5 heures de marche intense sans arrêt, en partie sous la pluie, on apprend que les autobus n'ont pas repris le service. On doit donc se remettre à marcher. On est à près de 10 km (par la route) de Ste-Anne. En marchant, nous tentons notre chance à faire du pouce. On est tout trempés et les jambes pleines de boue. C'est finalement un monsieur qui est chez lui (et qui nous a vu faire du pouce un peu plus tôt sur la route) qui aura pitié de nous et viendra nous reconduire à Ste-Anne même s'il n'a presque plus d'essence. Ouf!

Et finalement, des fois, on a quand même droit à un beau coucher avant souper .
 Mais je peux vous dire que celui-là, ce n'est pas hier que je l'ai prise... je l'ai juste mis là pour vous agacer!